mardi 19 janvier 1999

L'exemple de Michael Jordan

Alors que s'ouvre le procès en destitution de Bill Clinton, que le Brésil entre en crise financière et menace le système économique mondial, que la capitale de la Sierra Leone brûle, et que le ciel irakien est sillonné d'avions américains qui tirent sans sommation sur tout ce qui bouge, c'est une nouvelle qui n'est ni politique ou militaire, ni économique ou financière, qui a dominé la journée d'hier dans le monde entier. Ce qui a retenu l'attention du plus grand nombre sur tous les continents : c'est, en effet, l'annonce par Michael Jordan qu'il quitte la compétition à 35 ans passés, cette fois pour de bon.

Crimes contre la démocratie

Non contents de se faire réélire dans des conditions douteuses et qui n'emportent l'adhésion des honnêtes gens ni à l'intérieur de leur pays ni à l'extérieur, des présidents africains (de plus en plus nombreux, comme s'ils s'imitaient mutuellement), ne reculent plus devant l'arrestation arbitraire de leurs opposants et leur détention dans des conditions voisines de celles que l'Europe a connues au temps des « lettres de cachet ».

Deux poids, deux mesures

Les intellectuels du monde entier sont montés au créneau à la fin de l'an dernier pour appeler la Grande-Bretagne à extrader Pinochet afin qu'il soit jugé en Espagne et expie ses crimes.

Les musulmans et le ramadan

C'est demain que s'achève pour la plupart des musulmans le mois de ramadan. À l'origine de l'islam, c'était un moment de l'année consacré au jeûne, à l'abstinence et à la solidarité sociale. Au fil des siècles, les sociétés musulmanes l'ont transformé en un mois d'abstinence et de moindre travail dans la journée, de bombance, de fête et de veillée, la nuit (voir page 51 l'article de Ridha Kéfi).