lundi 25 février 2002

Mugabe, cible des Européens

L'Union européenne (quinze pays) a donc perdu patience et décidé de déclencher sa machine à sanctions contre Robert Mugabe et son gouvernement (voir page 31, l'analyse de Francis Kpatindé).

« L'axe du Mal »

Inventée par les conseillers en communication de George W. Bush pour pimenter son discours sur « l'état de l'Union » prononcé le 29 janvier, l'expression a fait florès. Le président américain s'en est servi pour stigmatiser trois régimes qu'il a ainsi distingués de tous les autres et dont il a fait, du jour au lendemain, les trois ennemis que l'Amérique s'est jurée d'abattre.

Le droit de l'occupant

Vous voulez savoir ce que pèsent, auprès de Washington, tous les dirigeants arabes réunis, dont Hosni Moubarak (Égypte, 70 millions d'habitants), le prince héritier Abdallah (Arabie saoudite, de 6 à 8 millions de barils de pétrole par jour), Abdallah II de Jordanie, etc. ?

lundi 18 février 2002

La très grande puissance du jour et les dix pays de demain

Les pays du Sud (de la planète) sont-ils inexorablement distancés par ceux du Nord ? Ces derniers progressent-ils plus vite, continuent-ils de s'enrichir et de se développer, de profiter des « nouvelles technologies de l'information » (NTI) pour « s'envoler », de leur puissance financière et militaire pour creuser définitivement l'écart ? Ou bien ce XXIe siècle marquera-t-il le début du « rattrapage » ?

lundi 11 février 2002

Une coûteuse réunion pour rien

Nous vous parlons plus loin, longuement, de deux réunions qui ont fait l'événement du début de ce mois de février : la rencontre qui se tient chaque année à Davos, à cette même date, et qui rassemble (ceux qui se croient) les plus riches et les plus puissants. Baptisée du nom pompeux de Forum économique mondial, elle s'est déroulée cette année à l'Hôtel Waldorf Astoria de New York, mais a été éclipsée par son pendant inverse qui s'est tenu simultanément à Porto Alegre (Brésil) : Forum économique contre Forum social.

Le dernier quart d'heure

La semaine dernière, Yasser Arafat a évoqué, pour la première fois, la question de sa succession dans une interview à deux journaux arabes : « Pas de problème, a-t-il dit en substance, en cas de disparition, c'est le président de l'Assemblée (Ahmed Qoreï, dit Abou Ala) qui me succède et organise des élections dans les soixante jours. Quant à l'OLP, c'est son secrétaire général, Mahmoud Abbas, qui la dirigera en attendant la désignation d'un nouveau président... »

lundi 4 février 2002

Retour en force

Nous sommes donc au début d'un nouveau siècle, le XXIe de l'ère chrétienne, et même d'un millénaire, le troisième. La tentation est forte de chercher à discerner ce qu'on appelle « les tendances lourdes » : ce qui, au sens le plus fort du terme, est appelé à changer.

Il y a lieu de trembler

Cinq mois après qu'Oussama Ben Laden eut fait de lui un « chef de guerre » et lui eut offert une chance - la seule qu'il pouvait avoir - d'entrer dans l'histoire des États-Unis (et du monde), George W. Bush est sur un nuage.